Cécile — Cécile Chine

Comment faire revivre des matières déjà crées et utilisées ?

 

Rencontre avec Cécile, fondatrice de Cécile Chine, une marque qui utilise exclusivement l'up-cycling pour créer des vêtements uniques.

————————————————————————————————

Parlez-nous de votre projet, comment le présenteriez vous ? 

Cécile chine est une marque de vêtements qui pratique l’upcycling. Le concept : la revalorisation textile qui s’inscrit dans l’économie circulaire. 

Comment vous est venue l'idée de Cécile Chine ?

Juste avant de créer Cécile chine, j’étais manager d’une grande friperie parisienne. Côtoyer au quotidien tous ces vêtements vintages m’a fait réaliser à quel point nous avons de richesses déjà produites, je voulais créer une marque et utiliser ces richesses plutôt que de produire de nouvelles matières et encourager cette industrie si polluante… J’ai donc décidé de développer une marque axée sur le réemploi de textiles vintages.

D'où vient le nom de votre marque ?

Je m’appelle Cécile et je CHINE les textiles dans les ressourceries, brocantes, friperies, réserve des arts, stocks de maisons de couture françaises...

Aperçu du site web cecilechine.com

Qui se cache derrière votre projet ?

Cécile chine, c’est seulement moi, Cécile ! Pour le côté mode, j’ai un greta stylisme création de collection et un CAP couture floue. En ce qui concerne l’e-commerce j’apprends chaque jour...

Quel a été le premier produit que vous avez créé ou que vous avez mis en vente sur votre site web ?

Les premiers produits créés étaient des tops manches courtes avec un empiècement original sur le devant, des pièces uniques réalisées dans des draps et rideaux ! Au tout début je travaillais exclusivement avec du linge de maison, maintenant j’ai évolué vers le jean, plus facile à sourcer et correspondant mieux à l’ADN de la marque (matière brut, androgyne, coupes oversizes…).

Où trouvez-vous les tissus ou matières pour vos créations ?

Je chine les vêtements en jean pièce à pièce dans les ressourceries, réserve des art, friperies, brocantes. Ces jeans sont lavés et découpés, reformés en modèles uniques. Je me procure également quelques rouleaux de tissus dans les destockages de tissus (fin de rouleaux de maisons françaises).

Qu’est ce que vous aimez dans l’entrepreneuriat ?

Je décide tout ! Mon “poste” se définit au fur et à mesure et c’est passionnant de toucher à tout : styliste et modéliste à plein temps, souvent photographe, parfois web-designer...

Avez-vous rencontré des difficultés lors de la création de votre projet, et comment l’avez-vous dépassé ?

C’est vraiment difficile de travailler seule et d’être livrée à soi-même au quotidien. On a toujours besoin d’un avis extérieur, un conseil bienveillant, un soutien… Je travaille depuis plusieurs mois au sein d’un atelier, c’est vraiment sympa d’être entourée de jeunes projets comme le mien et il y a beaucoup d’entraide !

Pouvez-vous nous parler un peu plus de l'atelier dans lequel vous travaillez ?

J’ai passé plusieurs mois à l’atelier Meraki, un coworking très agréable dans le 11ème, c’était une bonne expérience ! J’ai commencé très récemment à travailler dans un atelier-boutique rue d’Orsel dans le 18ème arrondissement, c’est un quartier très agréable et inspirant ! Je partage l’espace avec "Bleu tango" et "La jupe du succès", deux marques aux valeurs fortes que je vous invite à découvrir ! Mes journées sont partagées entre la communication, le prototypage des nouveaux modèles, la confection...

Qu’avez-vous appris de votre aventure entrepreneuriale ?

Je suis capable de porter ce projet qui me tient à coeur. Il y a tellement de travail à faire mais je suis hyper fière d’en être déjà arrivée là ! C’est donc possible d’être dans plein de cases à la fois et de s’épanouir !

Capture d’écran 2019-08-18 à 16.30.26.pn

Racontez-nous comment se passe la création d’un produit pour vous ? Quelle étape vous aimez le plus et quelle étape est la plus difficile pour vous ?

J’ai une idée, souvent l’inspiration vient de la rue, je suis obnubilée par une forme ou le tombé d’un vêtement, une attitude.... Je fais quelques dessins, je patronne mon idée puis je réalise un ou des prototypes (c’est la partie que je préfère).

 

Ensuite je passe du temps avec ce vêtement, je le porte pour voir s’il est agréable à vivre, je le modifie… Puis je choisis dans quel tissu je vais le réaliser et c’est parti ! 

Quelques créations que vous pouvez trouver sur cecilechine.com

Capture d’écran 2019-08-27 à 16.40.41.pn

Qu’est ce qu’une semaine classique pour vous ?

Je suis tous les jours à l’atelier, je couds beaucoup, je fais du patronage. Je vais très souvent au cinéma et faire des expositions. J’aime les longues balades à pied, je me déplace essentiellement en vélo, j’ai besoin de sortir pour m’aérer et repérer des looks qui me plaisent dans la rue. Je travaille pour quelques marques en tant que styliste ou modéliste, je donne quelques cours de couture également.

Quels sont les outils que vous utilisez au quotidien et dont vous ne pouvez plus vous passer ?

La machine à coudre bien sûr, la règle japonaise, le découd-vite !

Capture d’écran 2019-08-27 à 16.45.44.pn

Quelles sont les spécificités des produits que vous créez ? Quelles sont les différences avec les marques classiques ?

Tous les vêtements que je crée doivent être confortables ! J’ai pensé toutes les coupes en gardant cette idée en tête. Pour moi les vêtements que l’on porte et le style que l’on se crée participent au bien être général. Si je sors sans être convaincue par ma tenue je vais passer une moins bonne journée que si j’aime ma dégaine ! Et je fais du vélo, j’ai des journées chargées donc je dois être à l’aise dans ce que je porte, j’imagine que mes clientes aussi.

Avez-vous des projets futurs en cours de construction pour cecilechine.com ?

Bien sûr, des millions de projets ! Des collaborations très sympas à venir, de nouveaux produits sur lesquels je suis en train de travailler et qui seront bientôt photographiés puis mis en ligne, des shootings, des commandes spéciales… Je suis en train de refaire le site internet, il sera prêt mi-septembre. Ca n’arrête jamais !

Auriez-vous un conseil pour ceux qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat en général, ou la mode en particulier ? Et y-a-t-il un conseil que vous auriez aimé qu’on vous donne à votre début ?

Il ne faut pas rester seul. On a toujours à gagner à s’entourer, je ne parle pas de s’associer dès le début forcément mais plutôt de travailler avec des gens qui ont des projets similaires aux vôtres, comme ça on s’entre-aide. C’est vraiment important pour le moral.

————————————————————————————————

Cécile Chine en bref :

Des livres à nous conseiller que vous adorez ?

Je lis énormément, j’ai donc plein de coups de coeur à conseiller !

Liste évidemment non-exhaustive :

Un film Netflix ?

Je ne regarde pas de films sur netflix mais je vais beaucoup au cinéma et dans les films vus dernièrement j’ai beaucoup aimé Parasite.

Un restaurant ou un endroit à nous conseiller à Paris ou dans la ville de votre choix ?

Il y a un restaurant français incroyable juste à côté de chez moi, il est tout moche et pas du tout instagrammable : les routiers 50 rue Marx Dormoy. Envie de manger de la cuisine de maman au beurre et à la crème fraîche ? C’est là.  

Votre choix idéal pour les vacances ?

J’ai besoin de voir la mer et je vais très souvent à Collioure retrouver une amie, cette ville est magique !

Et pour continuer à suivre son actualité :

002-facebook.png
003-instagram.png