Julien et Adrien

— Repris de Justesse

Comment réduire l'impact écologique de la mode ?

 

Rencontre avec Julien et Adrien, créateurs de Repris de justesse, le premier e-shop dédié exclusivement à la mode issue de l’upcycling et du recyclage.

————————————————————————————————

Parlez-nous de votre projet, comment le présenteriez vous ? 

Repris de Justesse est un select store de marques orientées vers une production responsable de nos vêtements, tant dans la confection que dans les matières utilisées. Tous les articles présents sur RDJ sont en effet issus de la technique de l’upcycling qui consiste à réutiliser des matières afin de leur offrir une seconde vie.

Comment vous est venue l'idée de RDJ ?

Nous avions constaté l’émergence de nombreuses initiatives sur la thématique d’une production vestimentaire alternative. En s’attachant à réutiliser d’anciens vêtements pour composer de nouvelles créations ou en réutilisant des matières vouées à l’abandon, certains créateurs offraient une alternative pertinente. Nous avons donc décidé de les réunir sur notre site.

D'où vient le nom Repris de Justesse ?

Il s’agit d’un clin d’œil à la seconde vie offerte aux matières qui composent les créations présentes sur Repris de Justesse. Celles-ci auraient en principe dû sortir de la boucle et se retrouver brulées ou enfouies. Cette notion de seconde chance s’envisage également à travers les travailleurs fabriquant les vêtements, la plupart salariés d’ateliers d’insertion par le travail.

Capture d’écran 2019-08-02 à 09.13.56.pn

Qui se cache derrière votre projet ?

Nous sommes deux amis issus de profils variés, juriste et ancien responsable de restaurant pour l’un (Julien) et comptable/entrepreneur pour l’autre (Adrien). Adrien avait déjà mis un pied dans le monde de la mode en créant une marque de T-shirt mais nous nous sommes lancés sans réelle expérience de ce milieu.

Avez-vous déjà rencontré des difficultés lors de la création de votre projet ?

Les difficultés (du moins en ce qui nous concerne) se sont plutôt manifestées après la création. Créer est une chose, mais développer en est une autre ! On peut se retrouver face à des difficultés au quotidien lorsqu’on ne maitrise pas les techniques de marketing et de communication par exemple. Il faut également être en mesure de développer ses compétences sur les réseaux sociaux. Ça peut paraitre simple mais cela demande une certaine rigueur.

Aujourd'hui, à quoi ressemble une semaine type pour vous ?

Nous travaillons essentiellement au développement du site et à des campagnes de communications pour la rentrée puisque nous allons développer notre propre gamme de sac à dos. Cela implique de garder du temps pour la recherche de partenaires, d’ateliers de fabrication et éventuellement l’organisation d’une campagne de financement. Il nous faut aussi être en alerte sur les tendances de notre marché et l’émergence de nouveaux créateurs.

Quels sont les outils que vous utilisez au quotidien ?

L’outil informatique reste celui que nous utilisons le plus (google analytics), ainsi que notre compte professionnel à la poste pour l’envoi des colis. Nous allons relancer une campagne de communication et les outils de mesures offert par Instagram sont également une ressource intéressante pour cibler au mieux notre public.

Qu'est ce que vous aimez dans l'entrepreneuriat ?

La liberté d’action et la sensation de devoir chaque jour, faire ses preuves en relevant de nouveaux challenges dans des domaines qui nous sont parfois complètements étrangers, avec les parts d’incertitudes que cela comporte.

Qu'avez-vous appris de votre aventure entrepreneuriale ?

Que rien n’est acquis et que rien n’est perdu définitivement. L’important est d’avoir une vision précise de ce que l’on veut faire, d’y croire coûte que coûte. Il faut être en mesure de passer les obstacles rencontrés, d’être sûr de soi, tout en restant à l’écoute de conseils ou remarques. Bref, tout est une question d’équilibre !

Capture d’écran 2019-08-02 à 09.08.49.pn

Comment choisissez-vous les créateurs/créatrices avec lesquel(le)s vous travaillez ?

L’upcycling doit bien évidemment être au cœur de leurs créations. Leur process de fabrication doit également mettre en avant le respect des travailleurs, chose assez complexe dans le monde de la mode.

 

Les créatrices que nous sélectionnons se différencient aussi par les matières sur lesquelles elles travaillent, qui sont déjà existantes, elles ne font donc que les réutiliser ce qui limite leur impact environnemental. Par ailleurs beaucoup de nos marques font fabriquer leurs créations en ateliers d’insertion par le travail afin de former des personnes éloignées de   l’emploi aux métiers de la couture notamment. 

Quelques créateurs disponibles sur l'e-shop reprisdejustesse.com :

b-super march (1)d.jpg
b-gc1.jpg
b-la vie est belt (1).jpg
b-dedicated (1).jpg
b-w.y.l.d.e (1).jpg

Parmi ces créateurs ou créatrices, est-ce qu’il y en a dont le projet, la méthode ou le style vous a marqué ?

L’une des premières créatrices que nous avons contactées, Monia Sbouai, fondatrice de la marque supermarché, représente une certaine image de l’upcycling de vêtements. Son travail permet de remettre dans le circuit des vêtements inutilisés qui deviennent de nouvelles pièces, comme par exemple une ancienne chemise qui se transforme en robe ou en jupe.

Avez-vous des projets futurs en cours de construction pour reprisdejustesse.com ? 

Nous sommes actuellement en pleine fabrication de notre premier sac à dos sous la marque Repris de Justesse. Il sera composé de chutes de toiles inutilisées fournit par une entreprise de confection française, et de chambre à air d’un genre un peu particulier, nous n’en dirons pas plus !

Capture d’écran 2019-08-02 à 09.29.46.pn
Capture d’écran 2019-08-02 à 09.35.21.pn
Capture d’écran 2019-08-02 à 09.35.28.pn

Auriez-vous un conseil à des personnes qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat ? Et y-a-t-il un conseil que vous auriez aimé qu’on vous donne à votre début ?

Il est essentiel de bien se positionner dès le début en analysant le marché dans lequel on souhaite se lancer. Il faut également veiller à bien gérer son budget et ne pas sous-estimer les à-côtés, notamment les dépenses annexes auxquelles on ne pense pas dans la ferveur du lancement de son projet mais qui, à l’arrivée, peuvent couter cher ! Il faut par exemple prendre en compte les frais d’envois des colis, les frais d’abonnements à un serveur pour le site, les frais liés au compte professionnels à la banque, google Adwords etc…

————————————————————————————————

Repris de justesse en bref :

Et sinon, des livres que vous nous conseillez et que vous adorez ?

Martin Eden de Jack london et La conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole.

41NaG1MRgLL._SX303_BO1,204,203,200_.jpg
51Erd8jqZXL._SX303_BO1,204,203,200_.jpg

Et des films Netflix qui ne sont pas du tout connus et que vous aimez beaucoup ?

Difficile de donner des films peu connus sur netfix… Mais pour ceux qui aiment l’humour pas toujours très fin d’Adam Sandler (comme nous), vous êtes au bon endroit !

Le dernier Adam Sandler sur Netflix :

Murder Mystery

Et pour suivre leur actualité :

002-facebook.png
003-instagram.png